Le clip de la chanson « Rara » de Tekno.

A Lagos, c’est un sujet de discussion qui rend volubile, fait rire parfois et exaspère souvent : l’électricité. A chacun son anecdote, son expérience tragi-comique avec la défunte société publique, la NEPA, surnommée « Never Expect Power at All » (« ne pas attendre d’électricité du tout »). Incapable de fournir de l’énergie certes, mais toujours prompte à réclamer des factures délirantes.

La NEPA a disparu à la fin des années 2000, remplacée par la PHCN, qui a vite été caricaturée en « Please Hold a Candle Now » (« allumez une bougie maintenant »). Le service incarne le paradoxe du Nigeria, géant d’Afrique de l’Ouest devenu, au fil des années 2010, la première puissance économique du continent, sans pour autant avoir du courant. Les nantis dépensent des sommes folles dans de bruyants générateurs abreuvés d’essence. Les pauvres, eux, allument des bougies.

La situation a inspiré Augustine Miles Kelechi, 24 ans, jeune homme branché que tous les jeunes de Lagos connaissent sous son nom de scène, Tekno. L’un des derniers tubes de cette figure montante de l’afropop, le titre Rara, réussit l’exploit de faire danser sur cette tragédie énergétique qui veut qu’un pays pétrolier de plus de 180 millions d’habitants soit contraint de se contenter de moins de 4 000 mégawatts, soit dix fois moins que l’Afrique du Sud, qui compte 55 millions d’habitants.

« Elle ne fournit pas de lumière/Je n’ai plus de batterie/(…) Mon téléphone est mort/Pas d’essence pour le générateur, situation de chaque jour », chante Tekno. « Ils se mettent l’argent dans les poches, et l’emportent à l’étranger. » Et Tekno de lancer un appel qui résonne dans tout le Nigeria, où une récession économique, depuis septembre 2016, creuse les différences sociales. « Investissez pour votre pays, faites-en un lieu meilleur », exhorte l’artiste de sa voix douce et puissante à la fois.

Vue de Lagos, la capitale économique du Nigeria.

Il n’est pas fréquent de voir une star de l’afropop aborder une vraie question de société et vilipender une classe politique gangrenée par la corruption. Les jeunes stars de la musique nigériane peuvent parfois donner l’impression de vivre sur une autre planète, fantasmée et réelle à la fois. Un petit Lagos fait de belles voitures, de Fashion Week, de villas extravagantes, de clubs et de plages privées qui parsèment leurs clips regardés des dizaines de millions de fois dans toute l’Afrique. Comme s’il fallait toujours dépenser plus pour s’amuser, pour séduire ou simplement pour exister et faire rêver tout un continent depuis cette mégalopole où nul ne sait combien d’habitants vivent.

Lire aussi :


L’afro-pop nigériane se propage dans toute l’Afrique et aux Etats-Unis

Malgré son jeune âge, Tekno a décidé de s’écarter des clichés faciles, le temps d’un titre, et de porter une exaspération populaire nigériane dans toute l’Afrique. Dans le morceau Rara, certains croient voir planer le spectre du génial créateur de l’afrobeat, Fela Kuti qui, dans les années 1970, attirait les foules avec ses morceaux engagés.

Laisser un commentaire