Le pape François, au Vatican, le 30 juin 2016. © Gregorio Borgia/AP/SIPA

Le Vatican a annoncé mardi 30 mai que le pape François ne se rendrait pas au Soudan du Sud cette année comme il l'avait souhaité. Des motifs logistiques ont été invoqués, ainsi que l'insécurité qui règne dans le pays, rongé par la guerre civile et la famine.

« Le voyage n’aura pas lieu cette année », a déclaré à l’AFP le porte-parole du Vatican Greg Burke, sans préciser si une date ultérieure était envisagée. Les raisons invoquées sont « sécuritaires et logistiques », mais le Vatican n’a pas donné plus de précisions concernant cette annulation.

Le pape avait déclaré en début d’année qu’il souhaitait se rendre au Soudan du Sud avec son homologue anglican, le primat Justin Welby, précisant à l’époque que cet éventuel déplacement devait être « un voyage d’une journée seulement ». La période un temps évoquée était celle du mois d’octobre.

L’Église, catholique ou protestante, est une autorité morale respectée et influente dans ce pays d’Afrique de l’Est, majoritairement chrétien.

1,8 millions de réfugiés

Deux ans et demi après son indépendance, acquise en février 2011, le Soudan du Sud a plongé dans une guerre civile qui a fait des dizaines de milliers de morts et un très grand nombre de déplacés. Environ 1,8 million de Sud-Soudanais, dont un million d’enfants, sont réfugiés dans les pays voisins, principalement en Ouganda mais aussi au Soudan, en Éthiopie, au Kenya, en RDC et en Centrafrique. En outre, près de deux millions de Sud-Soudanais sont déplacés dans leur pays, dont 1,4 million d’enfants.

Le gouvernement sud-soudanais a déclaré en février la famine dans certaines régions du pays où plus de 100 000 personnes sont menacées et a averti qu’un million de personnes risquaient de mourir de faim.


Laisser un commentaire