Les guinéens n’ont pas le sens civique. Chacun se rend justice. Quand on attrape un voleur, on le frappe à mort et on le brûle alors qu’on ne peut pas se rendre justice dans un Etat où il y a la justice, la police’’.

Ces mots sont du président Alpha Condé, qui s’exprimait ainsi au début de l’année 2017. Le chef de l’Etat avait haussé le ton contre les adeptes de la vindicte populaire. ‘’Désormais, nous n’allons plus accepter que les gens se rendent justice. Quiconque brûle un voleur, nous allons l’emprisonner’’, avait menacé le numéro 1 guinéen.

Des propos qui peinent à tomber dans de bonnes oreilles. Puisque la pratique continue de plus belle. Mardi au quartier Lambanyi, dans la commune de Ratoma, un présumé voleur de moto a été lynché par une foule en colère. Une situation qui pousse des défenseurs des droits de l’homme à se faire entendre.

‘’L’Etat n’est en train de jouer son rôle. Ce n’est pas la première fois que nous assistons à un tel massacre dans notre pays. La vindicte populaire est devenue banale dans ce pays. Les gens n’ont plus la considération pour la vie humaine”, a regretté Maître Fréderic Foromou Loua, président de l’ONG Mêmes droits pour tous, interrogé dans Œil de Lynx.

Pour ce défenseur des droits de l’homme, ‘’le président (Alpha Condé) fait des déclarations qui ne sont pas tangibles sur le terrain. En plus des déclarations, il doit prendre des actions réelles sur le terrain pour envoyer un signal fort et montrer qu’il y a une autorité et la loi doit être respectée en toute circonstance’’.

Selon lui, ‘’les services de sécurité ont démissionné. On ne peut imaginer à Lambanyi où il y a des policiers partout, qu’un présumé voleur soit arrêté, lynché au vu et au su de tout le monde’’.

Face à la recrudescence des vindictes populaires, l’avocat rappelle que ‘’nous ne sommes pas un pays barbare. Nous sommes un pays démocratique et nous devons le faire fonctionner comme un pays normal. En attendant, l’Etat doit se questionner sur sa démission’’.

Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info
00224 666 905 416 /boussouriou.bah@visionguinee.info

Laisser un commentaire