Le premier vaccin efficace contre Ebola, un virus qui a fait plus de 11.000 morts en Afrique de l’ouest, est désormais « à portée de main » selon l’OMS, au vu des résultats très encourageants d’un premier essai réalisé sur le terrain en Guinée.

Un vaccin efficace contre le virus Ebola est à portée de main à l’échelle mondiale.

C’est ainsi que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a commenté les résultats très concluants de l’essai clinique d’un vaccin contre le virus Ebola mené en Guinée sur plus de 7.000 personnes. Le vaccin VSV-ZEBOV s’est révélé à 100 % efficace selon les données publiées vendredi 31 juillet 2015 dans la revue The Lancet.

« Pour la toute première fois, nous avons des preuves de l’efficacité d’un vaccin qui va nous aider à combattre Ebola », explique Bertrand Draguez, directeur du département médical chez Médecins sans frontières. « En résumé, explique-t-il, les données actuelles nous révèlent que le vaccin fonctionne et protège les gens contre le virus Ebola. Bien que le nombre de personnes vaccinées reste restreint et que davantage de recherches et d’analyses soient nécessaires, l’ampleur de l’urgence pour la santé publique doit nous pousser à continuer à utiliser ce vaccin afin de protéger ceux qui sont exposés à la maladie : les contacts des patients infectés et les travailleurs de première ligne. » L’annonce a été accueillie avec enthousiasme : « C’est une grande nouvelle et l’évènement médical le plus prometteur jusqu’à présent dans la lutte en cours pour stopper Ebola », a ainsi commenté le virologiste britannique Benjamin Neumann.

Les personnes à risque autorisées à recevoir le vaccin

Le vaccin a été développé par l’agence de la santé publique du Canada (PHAC) et la licence a été déposée par les laboratoires américains Merck et NewLink Genetics Corp. Intitulé « Ebola ça suffit », l’essai, entamé le 23 mars 2015 a été mis au point grâce à une importante coopération internationale impliquant l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ainsi que des experts de Norvège, France, Suisse, États-Unis, Royaume-Uni et Guinée. Il a concerné plus de 7.000 personnes ayant eu des contacts avec des patients infectés : 4.123 personnes tirées au sort ont reçu le vaccin immédiatement tandis que 3.528 autres ont reçu le vaccin 21 jours plus tard. Dans le premier groupe, aucun cas d’Ebola n’a été détecté au cours des 10 jours ayant suivi l’inoculation alors que dans le second groupe 16 ont présenté des symptômes. Devant ces résultats, les promoteurs de l’essai ont autorisé toutes les personnes à risque à recevoir le vaccin immédiatement, a précisé l’OMS.

Bertrand Draguez estime également que « maintenant que nous savons que ce vaccin fonctionne, il faut impérativement que les personnes qui en ont le plus besoin soient vaccinées le plus vite possible, afin de rompre les chaînes de transmissions existantes. » Appelant notamment « les gouvernements des pays affectés à commencer à utiliser ce vaccin au plus vite, dans le cadre des essais existants ». Après cette première phase, l’essai devrait se poursuivre en incluant des adolescents de 13 à 17 ans et éventuellement des sujets âgés de 6 à 12 ans, selon l’Organisation.

Le remède miracle contre Ebola ?

« Si les résultats sont confirmés, ce nouveau vaccin pourrait être le remède miracle contre Ebola et contribuer à stopper l’épidémie actuelle et à enrayer des épidémies de ce type à l’avenir », a souligné de son côté Borge Brende, ministre norvégien des Affaires étrangères. Depuis son déclenchement en Guinée en décembre 2013, l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’ouest, la plus grave depuis l’identification du virus en Afrique centrale en 1976, a fait 11.279 morts pour 27.748 cas, un bilan sous-évalué de l’aveu même de l’OMS. Le vaccin VSV-ZEBOV fait partie des deux vaccins les plus avancés contre le virus Ebola. L’autre, développé par la firme britannique GSK (GlaxoSmithKline) avec l’Institut américain des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), est actuellement testé au Liberia.

Source: sciencesetavenir.fr

Laisser un commentaire