Dans la deuxième ville de Côte d'Ivoire, le Centre hospitalier universitaire fonctionne au ralenti, depuis le déclenchement jeudi d'un mouvement de grève parmi les agents de sécurité et d'entretien. Ils réclament le paiement de sept mois d'arriérés de salaire.

Laisser un commentaire