Invité en début de semaine dans les Grandes gueules, le vice-président exclu de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) a dévoilé une nouvelle fois le sens du combat politique qu’il mène.

En 2007, a-t-il rappelé à nos confrères, ‘’j’ai accueilli Cellou Dalein Diallo à l’UFDG alors je n’étais pas obligé de le faire. Je l’ai accueilli pour que nous puissions avoir un grand parti’’.

Exilé en France pendant quatre longues années, Bah Oury rentre au bercail après une grâce présidentielle. Il décide de se rendre au siège de son parti. Là, des heurts éclatent et causent la mort du journaliste Mohamed Koula Diallo.

‘’Moi, fondateur de l’UFDG, je vais au siège de mon parti. Il m’a accueilli avec des gens armés de coupe-coupes, fumant de la drogue pour m’empêcher de rentrer dans cet espace afin de saluer les membres du bureau exécutif après 4 années d’exil. C’est l’abaissement moral le plus abject et c’est pour cela que la Guinée n’avance pas’’, lâche-t-il furieux.

Pour l’ancien mi..

En marge de la conférence de presse qu’il a animée samedi à Sékhoutouréyah, le président de la République a été interpellé sur les violences meurtrières dans la préfecture de Boké.

Alpha Condé a indiqué que le ministre des mines, son homologue de la sécurité et celui de l’énergie vont animer, sans préciser la date, une conférence de presse pour annoncer quelles sont les mesures qui ont été prises par le gouvernement.

Après les heurts enregistrés à Boké en avril, le chef de l’Etat assure qu’il avait pris des dispositions pour calmer les esprits et satisfaire aux exigences des manifestants. ‘’Lorsqu’il y a eu les premières manifestations en avril, je me suis penché sur la situation. J’ai convoqué les miniers’’, raconte-t-il.

‘’Le contenu local dit qu’il faut d’abord employer les gens de la région. Mais quand je vois la liste des prestataires, je n’ai pas vu un Somparé, ni un Koumbassa, ni un Sampil. Même si on doit prendre un Condé ou un Diallo, mais il faut commencer d’abord par eux..

Cette région qui représente le cœur du potentiel minier en exploitation dans notre pays a connu ces deniers temps, en particulier, des mouvements sociaux dont la légitimité des revendications ne peut souffrir d’aucun doute.

Et comme à ses habitudes, la répression sauvage des manifestants a été la seule réponse visible que les autorités ont jugée nécessaire d’apporter à la demande sociale.

Quelques rappels importants

En avril 2017, le président de la République a pris un décret, en violation de la procédure en la matière, pour ériger Boké en Zone Economique Spéciale (ZES). Jusqu’à présent, aucun guinéen ne sait à quoi une telle mesure correspond encore moins qu’elle était sa pertinence ou son efficacité par rapport aux problèmes qui se posent dans la région.

Le 25 avril 2017, le général Mathurin Bangoura ; gouverneur de la ville de Conakry, a échappé de justesse à la place des martyrs de Boké, à un lynchage par les jeunes de la localité. Il était l’émissaire du président de la Répu..

Image d’archive

Le président de la République est sorti de son silence samedi depuis la signature de l’accord portant sur 20 milliards de dollars avec la Chine. Alpha Condé a tenu à préciser que cet accord est loin d’être un troc.

‘’Je ne vais jamais accepter le troc. C’est-à-dire argent contre mines. Pourquoi ? Parce qu’on vous donnez et que la valeur des mines soit supérieure à un milliard. Donc vous perdez’’, estime le chef de l’Etat qui tire à boulets rouges sur ses détracteurs.

‘’Au lieu de fantasmer, tout patriote devrait en être fier. Pour la première fois, pendant 20 ans, la Guinée aura des fonds qui sont consacrés aux infrastructures (routes, chemins de fer)’’, avance-t-il, précisant qu’il ne s’agit d’un ‘’accord qui est lié au mandat d’Alpha Condé’’.

‘’Les 20 milliards de dollars, ce n’est pas qu’un début’’, annonce-t-il, ajoutant tout que dépend de ‘’notre capacité à présenter des projets et notre capacité de remboursement’’. En plus, souligne-t-il, ‘’ce n’est pas l’ar..

L’ancien allié politique d’Alpha Condé Mamadou Sylla accuse le pouvoir d’Alpha Condé d’être responsable des violences qui secouent la ville de Boké depuis lundi. Au cours de l’assemblée générale du parti au pouvoir ce samedi, Sanoussi Bantama Sow a réagi aux propos du président de l’UDG.

Le ministre des Sports et de la Culture estime que Mamadou Sylla a contribué à affaisser la Guinée. ‘’Cet homme était dans toutes les sauces. C’était le cube jumbo. Mais aujourd’hui, comme il ne peut plus manger comme au temps de l’ancien régime, il se reconvertit en homme politique et c’est lui qui se fait défenseur des populations de Boké’’, martèle M. Sow

Selon lui, ‘’tout le monde a vu Mamadou Sylla et son groupe à la télévision. Est-ce que ces gens-là peuvent être des porte-paroles de Boké ? Des fois, il faut avoir le courage de dénoncer certaines choses. La place de Mamadou Sylla, c’est en prison. Comme on ne l’a pas mis en prison, il fait comme bon lui semble’’.

‘’Le président n’a qu’à nous ..

Le chef de file de l’opposition a affiché samedi sa solidarité à la population de Boké. Cellou Dalein Diallo s’est prononcé sur la crise dans le Kakandé en marge d’assemblée générale de sa formation politique à la Minière.

‘’Je voudrais exprimer notre solidarité au peuple de Boké victime, comme on l’a été, de violences de l’Etat. Ces populations qui manifestent pour revendiquer un droit légitime ont été réprimées. Il y a eu deux morts et une soixantaine de blessés dont la plupart par balles’’, a dit l’ancien Premier ministre.

Et de poursuivre : ‘’Le temps passe, mais ce régime ne change pas. Cette situation qui prévaut aujourd’hui à Boké doit tous nous interpeller. Parce que chaque qu’on a ôté arbitrairement la vie à des guinéens. Tous les guinéens doivent se sentir concernés’’.

Le principal challenger d’Alpha Condé pense trouve que ‘’c’est légitime que les populations de Boké manifestent pour protester contre cette politique du gouvernement. On soutient la population de Boké’’.

‘..

L’administrateur général de la société Electricité de Guinée, Abdenbi Attou, en compagnie de responsables de compagnies minières évoluant à Boké, a conféré avec la presse samedi à Kaloum. Il était question pour le patron d’EDG d’annoncer des dispositions prises pour un retour à la normale de la desserte en électricité dans le Kakandé, théâtre de violences depuis lundi.

Selon Abdenbi Attou, des solutions pérennes sont en cours de déploiement sur le terrain. En attendant, dit-il, ‘’nous avons renforcé la capacité de la production d’électricité à Boké avec l’acquisition d’un groupe de 3 Mégawatts’’.

‘’Ce qui nous permettra de ramener la puissance à 5,5 Mégawatts pour avoir une capacité de production d’électricité supérieure à la demande de la ville. Ainsi, la desserte sera de manière définitive et sécurisée’’, annonce l’administrateur général d’EDG.

Il rappelle que la centrale électrique de Boké a eu une panne au niveau d’un alternateur. Toutes, il rassure que ses services sont à pied..

Depuis les Etats-Unis où il vit, le président du Parti national pour la justice et la démocratie n’a pas fait de cadeau à l’opposition. Sékou Doray a commenté la menace de reprise des protestations de rue brandit par les adversaires politiques d’Alpha Condé.

Pour M. Doré, les acteurs de ces manifestations de rue ‘’ont eu la chance de changer les choses dans ce pays. si réellement, ils avaient pris les choses au sérieux pendant qu’ils étaient au pouvoir, on ne sera pas là aujourd’hui’’.

Il trouve ‘’ridicule’’ que d’anciens dignitaires de l’Etat, devenus opposants, appellent à des manifestations contre le pouvoir d’Alpha Condé.

‘’Ils [les opposants] ont eu la possibilité de pouvoir accéder à des postes de responsabilité, ils n’ont rien fait. Si la Guinée aujourd’hui se trouve actuellement dans cette situation, c’est à cause de ces mêmes acteurs qui étaient dans des positions et qui n’ont rien foutu’’.

Sékou Doray qui travaille dans le secteur bancaire aux Etats-Unis se présente comm..

Dans la cour du palais Sékhoutouréyah où il a accompli vendredi la grande prière de la fête de Tabaski, le président a livré un message au peuple de Guinée. Alpha Condé a appelé à l’unité et à la cohésion nationale pour le développement du pays.

Devant la presse, le chef de l’Etat s’est réjoui des conditions météorologiques dans lesquelles la prière s’est déroulée. ‘’Nous sommes heureux qu’il y ait eu du soleil et qu’il n’ait pas plu. Ce qui nous a permis de prier sans difficultés’’, se félicite le numéro un guinéen.

Son souhait : voir les guinéens unis. ‘’Nous avons besoin de faire évoluer notre pays. Et cela ne peut se faire que dans l’unité et dans la paix’’, dit-il en s’en s’adressant à la population.

‘’Je pense que nous avons fait du chemin, mais il nous reste encore du chemin à faire. Et s’il plait à Dieu, nous allons franchir tous les obstacles et apporter le bonheur au peuple de Guinée’’, promet Alpha Condé, qui demande au peuple de Guinée d’avoir confiance en son pays et e..

Dans 60 jours, un nouveau scrutin présidentiel se tiendra au Kenya. Vendredi, la cour suprême a invalidé l’élection présidentielle du 8 août qui avait opposé Uhuru Kenyatta à Raila Odinga. Selon la décision de cette institution, le chef de l’Etat sortant ‘’n’a pas été élu et déclaré président de manière valide’’.

Joint au téléphone par RFI, Celou Dalein Diallo, candidat malheureux aux présidentielles de 2010 et 2015, a dit ce qu’il pense de la décision de cour suprême kényane, rappelant le cas de la Guinée.

‘’Dans le contexte de la Guinée, dans le contexte d’alors, je ne crois pas que la Cour constitutionnelle aurait pu proclamer d’autres résultats que ceux qu’elle avait validés’’, affirme le challenger d’Alpha Condé, qui pense que ‘’l’exemple kényan est à suivre, et j’ai de l’espoir désormais que les autres Cour constitutionnelles ne manqueront pas de s’en inspirer’’.

Qualifiant la plupart des élections africaines de ‘’mascarade’’, toujours au micro de RFI, le chef de file de l’opp..

1 2 3 24