Le 11 juillet, Donald Trump Jr a posté sur son compte Twitter une série de courriels détaillant l’organisation du rendez-vous avec l’avocate, relançant les soupçons d’ingérence russe dans la campagne présidentielle.

Fiston malmené
Don Jr – ses amis l’appellent Donnie –, 39 ans, est l’aîné des cinq enfants de Trump. Il a la même mère que la délicate Ivanka : l’ancien top-modèle et skieuse tchèque Ivana Zelnickova. Don Jr a souffert du divorce à scandale de ses parents alors qu’il avait 12 ans, d’autant que Trump Sr alimentait lui-même les tabloïds en révélations. Mis en pension par sa mère, il n’a plus parlé à son père pendant un an.

Noceur repenti
Après un diplôme d’économie à Wharton, la même business school que papa, il est parti un an à Aspen (Colorado) faire du ski et travailler dans un bar. En février 2001, il a passé onze jours en prison à La Nouvelle-Orléans, pour ébriété sur la voie publique, pendant le Mardi gras. Après quoi, il a arrêté de boire et rejoint The Trump Organiz..

C’est l’autre Wonder Woman à l’affiche. Rien à voir avec l’amazone hollywoodienne au lasso magique, si ce n’est la même pugnacité. Au Chili, l’actrice Daniela Vega, 28 ans et transgenre, est devenue une star du jour au lendemain après la sortie en avril d’Une femme fantastique, de Sebastián Lelio. Elle y incarne Marina, transsexuelle confrontée à la mort de son compagnon, puis à la haine féroce de sa redoutable belle-famille. « Depuis la sortie du film, les gens me demandent des autographes et me prennent dans leurs bras, raconte l’actrice. Le film coïncide avec une période de changement au Chili, où l’on interroge pour la première fois notre rapport au corps et au genre. »
Avant ce film, Daniela Vega était une parfaite inconnue. Elle jonglait entre sa passion pour le chant lyrique, sa formation de cuisinière et un job de coiffeuse pour mariées, son gagne-pain de longue date. L’impact du film, prix du scénario à la Berlinale, a changé la donne. Pourtant, le réalisateur Sebastián Lelio ..

Voilà vingt ans que l’artiste Fred Forest fait le bras de fer avec le Centre Pompidou. Deux décennies que ce pionnier de l’art participatif et sociologique titille l’institution parisienne en exigeant une transparence sur les prix d’acquisition des œuvres qui rejoignent ses collections. Sans rancune, Beaubourg l’invite à exposer cet été.
On revient de loin. En 1994, invoquant la loi de 1978 sur la transparence de la comptabilité publique, Fred Forest avait demandé le prix d’achat d’une œuvre de Hans Haacke datant de 1971. Le musée, acculé, en dévoile le montant – 1,2 million de francs (l’équivalent de 229 372 euros). Fred Forest ne s’arrête pas en si bon chemin : il réclame que soient révélés les prix de l’ensemble des œuvres achetées par l’établissement depuis 1985. Et se voit opposer une fin de non-recevoir par le musée, habitué à acheter à « prix d’ami », parfois à la moitié des cours du marché. Le bouillonnant plasticien saisit alors le tribunal administratif et remporte à nouveau ..

En ce moment,Yisrael Katz ne se déplace pas sans sa clé USB. Le ministre du renseignement et des transports israélien l’a encore utilisée lors d’une rencontre avec la presse étrangère, à Jérusalem, le 10 juillet. Elle lui permet de montrer à ses différents auditoires l’un de ses grands desseins : la construction d’une île artificielle au large de la bande de Gaza, avec un port commercial et civil.
La vidéo commence par une vue spatiale du globe terrestre, sur un air entêtant de violons. Puis on zoome sur le Moyen-Orient, et enfin sur un bout de territoire au bord de la Méditerranée : Gaza. Ces images ont été diffusées à la mi-juin aux ministres israéliens siégeant au sein du cabinet de sécurité. La réunion avait pour objet la détérioration humanitaire dans le petit territoire palestinien sous blocus.

Yisrael Katz voulait ainsi interpeller ses collègues et leur soumettre, une nouvelle fois, le projet qu’il promeut depuis sept ans. Les auditeurs étaient attentifs car conscients de la gr..

Raphaëlle Delaunay, 41 ans, est une gourmande de danse, de toutes les danses. Passée par l’École de l’Opéra national de Paris, elle bifurque chez l’Allemande Pina Bausch en 1997, puis se frotte au néoclassique de Jiri Kylian, à La Haye, avant de se risquer dans la gestuelle extrême d’Alain Platel, à Gand. Parallèlement, elle plonge dans les traditions caribéennes pour Jeux d’intention (2005) ou endosse le style de Joséphine Baker dans Chez Joséphine (2013).
La voilà aujourd’hui qui met en scène sa découverte du fitness dans son spectacle Soma. « Je passe du temps à m’échauffer et suis toujours en recherche de nouvelles pratiques, explique-t-elle. J’avais envie de rendre ce rituel quotidien plus funky, de retrouver une forme d’endurance et de tonicité. Mais lorsque, en 2015, j’ai franchi les portes d’une salle de sport pour la première fois, je me suis demandé ce que je faisais là. » Raphaëlle Delaunay ne se pose pas longtemps la question. Elle enchaîne les trainings : fitness, body-com..

C’est désormais devenu un rite, en Suède, après chaque festival : une fois le matériel remballé et les artistes repartis, on décompte méthodiquement le nombre de viols et d’agressions sexuelles qui se sont produits pendant que la fête battait son plein. Sur l’aire de camping adjacente ou près des toilettes. Souvent, aussi, au milieu du public, quand la foule se presse, les yeux rivés sur la scène : des doigts forcés dans le vagin des victimes.

Le festival Sweden rock, qui a ouvert la saison estivale, dans le sud du royaume, du 7 au 10 juin, avait jusque-là été épargné. Cette année, la police a enregistré une plainte pour tentative de viol et quatre pour agressions sexuelles. Même chose au festival Summerburst à Stockholm, deux jours plus tard. A Norrköping, le festival Bråvalla bat tous les records : quatre plaintes pour viol et 23 pour agression sexuelle en cinq jours, fin juin.

« Un problème social énorme »
Aucun suspect n’a été identifié. Dégoûtés, les organisateurs ont décidé de ..

Alors qu’elle distribuait des tracts sur un marché parisien le 15 juin, Nathalie Kosciusko-Morizet aurait été agressée par Vincent Debraize, maire de Champignolles, dans l’Eure.

Parcours éclectique
Vincent Debraize, 55 ans, a d’abord entamé des études de médecine, qu’il a quittées en cours de route, avant d’intégrer une école de commerce parisienne, l’ISG. Diplômé d’un master en management, il devient directeur adjoint d’une maison de retraite à Meaux (Seine-et-Marne), puis crée une entreprise de services à la personne, qui a été récemment mise en liquidation judiciaire.

Soutien entier
Bien que résident parisien de la très commerçante rue Mouffetard, où il vit avec son compagnon depuis vingt-sept ans, il est maire sans étiquette d’une commune de 41 habitants située dans l’Eure, Champignolles. Il a été réélu en 2014 pour un second mandat. Et fait partie des 33 maires à avoir parrainé la candidature à la présidentielle d’Henri Guaino, l’ex-« plume » de Nicolas Sarkozy qui se présentait..

Devant des centrales thermiques, sous des grues, face à des tas d’immondices, sur un bout de pelouse au bord d’une route, devant les immeubles décadents d’une Espagne tristement bétonnée… Loin des paysages de cartes postales, les images du photographe catalan Txema Salvans donnent à voir les vacances à la plage d’Espagnols ordinaires. Derrière ces clichés absurdes, drôles et mélancoliques perce aussi une certaine tendresse.
Prises entre 2006 et 2014 et bientôt rassemblées dans le livre My Kingdom (« Mon royaume »), ces photos sont accompagnées de fragments de discours du roi Juan Carlos Ier, qui régna de 1975 à son abdication au profit de son fils Felipe VI en 2014. Entre sa rhétorique ampoulée qui vante la grandeur de l’Espagne et la réalité d’un pays où la capacité de résilience des habitants, durement mise à l’épreuve par la crise économique, apparaît avec force, le contraste est frappant.

Précedent

1/9

Suivant

Dans un pays en récession, on cherche à se reposer à moindre coût..

1 2 3 8