Dans un communiqué conjoint, une coalition d'ONG congolaises et internationales, dont Global Witness, Rainforest Foundation et Greenpeace, ont appelé l'Agence française de développement (AFD) à rejeter l'un de ses projets, financé par un programme norvégien de lutte contre la déforestation dans les pays tropicaux, estimant qu'il va aggraver la déforestation au lieu de la combattre. Ce que conteste l'AFD.

Cet article Un programme de l’AFD accusé par des ONG de menacer les forêts d’Afrique centrale est apparu en premier sur JeuneAfrique.com.

Terminal de Total à Djéno, au Congo-Brazzaville. © Antonin Borgeaud pour JA

Les activités du groupe pétrolier Total ont été paralysées par deux grèves lancées en Mauritanie et au Congo-Brazzaville. Si la direction congolaise du groupe a annoncé la fin de la grève dans le pays, les négociations en Mauritanie semblent, elles, bloquées.

Les employés de Total en Mauritanie sont en grève illimitée depuis le mercredi 12 juillet. Ils réclament des augmentations de salaire et le paiement de leurs heures supplémentaires. Les représentants du personnel ont pu rencontrer, lundi 17 juillet, la direction de Total, après cinq jours de grève. Une rencontre qui s’est soldée par un échec.

« La direction a fait une proposition qui ne correspondait pas à nos attentes », regrettent les délégués du personnel, qui dénoncent le recours par l’entreprise à des employés non-qualifiés pour remplacer les grévistes. Aucune nouvelle rencontre entre les grévistes et la direction n’a, pour l’instant, été ..

Des lycéens algériens préparent les épreuves du bac, en 2011. © Flickr / Magherabia / Creative Commons

Largement controversée en Algérie, la session exceptionnelle créée spécialement pour les retardataires et absents à la session principale du baccalauréat qui s’est déroulé du 13 au 18 juillet s’est soldée par 75% d’absents. Un chiffre record, selon le syndicaliste Meziane Meriane.

Cette année, comme l’année dernière, la session principale du baccalauréat algérien s’est tenu durant le mois du ramadan. Un nouvel agenda qui avait déjà apporté son lot d’ennuis lors de la session d’examen de 2016. Pour faire face à cette situation exceptionnelle, des mesures exceptionnelles ont été prises par le gouvernement algérien, qui a cette année fait preuve d’une plus grande indulgence.

Les candidats qui n’ont pas pu accéder à leurs salles d’examens à cause de leur trop grand retard se sont vus accorder une deuxième chance par le président Bouteflika. C’est en effet par la grâce d’une d’..

Des spectateurs d'un match de football au stade de Demba-Diop de Dakar, où un mur s'est affaissé, le 15 juillet 2017 au Sénégal. © Seyllou/AFP

Trois jours après les violences qui ont provoqué la mort de huit personnes lors du match de la finale de la Coupe du Sénégal, samedi à Dakar, le président de la Fédération sénégalaise de Football revient pour Jeune Afrique sur les événements. Pour lui, les responsables sont les supporteurs aux comportements violents.

Samedi 16 juillet, huit personnes ont été tuées et plus d’une centaine d’autres blessées lors de violences en marge du match opposant le Stade de Mbour à l’US Ouakam, lors de la finale de la Coupe du Sénégal, au stade Demba-Diop de Dakar. Les témoignages affluent, permettant de préciser les circonstances qui ont conduit au drame, et le procureur de la République a assuré ce lundi qu’ «aucune piste ne sera négligée » dans l’enquête actuellement en cours. Le gouvernement a pour sa part suspendu toutes les manifest..

© Réussite/capture d'écran

Plusieurs milliers de panneaux photovoltaïques ont été installés au Sénégal, qui souhaite mettre sa production énergétique au vert. « Réussite », l’émission coproduite par le groupe Jeune Afrique, Canal + et Galaxie presse vous emmènent au cœur de la centrale de Bokhol.

Dans le nord du Sénégal, 75 600 panneaux solaires s’étendent sur 35 hectares, faisant du site de Bokhol l’une des centrales photovoltaïque les plus grandes de l’Afrique de l’Ouest. Alors que le site est en fonctionnement depuis quelques mois, son activité s’avère positive et ses résultats « excellents », à en croire les dires du directeur. Basée sur une matière première inépuisable et gratuite − le soleil −, la production d’énergie ici se fait à un coût relativement bas, même si le site implique une surveillance minutieuse et assidue.

Greenwish est la société à l’origine de ce projet de centrale. Sa PDG, Charlotte-Aubin Kal, explique que « les technologies solaires, aujourd’h..

Le président gabonais Ali Bongo Ondima, à Libreville, le 13 janvier 2017. © Sunday Alamba/AP/SIPA

La Cour constitutionnelle du Gabon a décidé ce mardi 18 juillet que les élections législatives se tiendraient « au plus tard en avril 2018 ». Déjà repoussé, le scrutin était prévu avant la fin du mois de juillet.

« Les élections des députés de l’Assemblée nationale doivent être organisées au plus tard au mois d’avril 2018 », avait indiqué la Cour constitutionnelle gabonaise. Arrêtée le 11 juillet, cette décision n’avait jusqu’à présent pas été rendue publique.

Selon Ali Bongo, le dialogue politique qu’il souhaite mener demande du temps aux autorités compétentes et implique de fait une nouvelle planifications des élections. En avril et mai, ce dialogue s’était déjà étendu sur deux mois et s’était conclu par plusieurs propositions de réformes institutionnelles.

Pour laisser un temps au dialogue politique, la Cour constitutionnelle a donc décidé que les députés de la douzième lég..

Le port de Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo, vu du ciel, le 20 septembre 2016. © Gwenn Dubourthoumieu pour JA

Des médias congolais ont fait état mardi 18 juillet d'une suspension des paiements de l'État au niveau de la Banque centrale du Congo (BCC). La rumeur, démentie par la BCC, trahit la fébrilité économique du pays, qui risque d'entrer en défaut de paiement à cause de la pénurie en devise.

« L’économie congolaise se porte très mal », a reconnu, dans une allocution prononcée lundi 17 juillet le gouverneur de la Banque centrale du Congo (BCC), Déogratias Mutombo Mwana Nyembo, qui a annoncé une série de mesures de lutte contre la fuite de capitaux.

De fait, le risque de défaut de paiement pour le pays est très élevé. Cette semaine, plusieurs médias congolais ont rapporté que les paiements de l’État étaient suspendus au niveau de la BCC, jusqu’à nouvel ordre. Une information démentie par la Banque centrale.

Important déséquilibre éc..

Bruno Ben Moubamba, arrivé 3e à l'élection présidentielle gabonaise du 27 août 2016. © DR / Site de Bruno Ben Moubamba

Le président de l’Alliance pour le changement et le renouveau a rejoint le gouvernement d’ouverture en octobre, en tant que vice-Premier ministre. Une position d’équilibriste.

dans ce dossier

Voir le sommaire complet

Gabon : second souffle

Gabon : et maintenant, au travail !
Le Gabon en quête de relance

Arrivé troisième à la présidentielle du 27 août 2016, à laquelle il concourait sous les couleurs de l’Union du peuple gabonais (UPG), Bruno Ben Moubamba, 50 ans, est l’un des rares opposants à avoir accepté d’intégrer le gouvernement d’ouverture formé le 2 octobre par le Premier ministre, Emmanuel Issoze-Ngonde. Représentant de l’une des trois branches désormais rivales de l’UPG (créée par feu Pierre Mamboundou), il a créé l’Alliance pour le changement et le renouveau (ACR), dont il a été élu président le 15 octobre, à l..

1 2 3 8