Le lundi noir que nous avons vécu devrait être pris très au sérieux par nos décideurs. C’est un véritable coup de semonce à l’adresse du pouvoir du professeur Alpha Condé. Les scènes de violence enregistrées au lendemain de la suspension de la grève donnent à réfléchir. Raison pour laquelle, dans les jours et semaines à venir tous les acteurs concernés par la consolidation de la paix et de la quiétude chez nous, doivent tirer tous les enseignements de cette grave situation.

Si l’on n’y prend garde, le scénario catastrophe des années 2006/2007 pourrait se reproduire. En juin 2006, des manifestations d’élèves avaient enregistré malheureusement des victimes. Faute d’anticipation des autorités de l’époque, la crise a empiré crescendo pour finalement glisser sur le front social. On connait la suite…

UNE RESPONSABILITE PARTAGEE

Sans avoir la prétention de jeter la pierre au gouvernement et aux syndicalistes, il y a lieu de situer la responsabilité des uns et des autres. A partir du momen..

Il s’agira surtout d'amorcer un dialogue entre les différentes parties prenantes afin d'identifier les principales questions liées au développement responsable et dégager des pistes de solutions.

Cette cérémonie a connu la présence du président de la République de Guinée, Alpha Condé, du premier ministre, Mamady Youla, de certains membres du gouvernement, de la Coordinatrice résidente du Système des Nations Unies et Représentante du PNUD en Guinée, Séraphine Wakana.

Dans son allocution, la Coordinatrice résidente du Système des Nations Unies et représentante du PNUD en Guinée, Séraphine Wakana a indiqué que dans les prochaines décennies, le secteur minier sera amené à prendre une place toujours plus importante, dans les enjeux du développement, tant au niveau du continent africain qu’en Guinée.

« Cette table ronde nationale sur l’initiative pour un développement minier s’inscrit en droite ligne avec la vision minière africaine, qui a placé au centre de son action l’impor..

Ces violences ont aussi occasionné des destructions de biens publics et privés : « C’est pourquoi, à cette douloureuse occasion, le gouvernement guinéen présente ses condoléances les plus attristées aux familles des victimes et entend faire toute la lumière sur les circonstances de ces drames », a souligné le contenu du communiqué.

Le gouvernement guinéen annonce que le ministère de la Justice a d’ores et déjà ouvert une enquête sur ces événements et procédera à une communication dans les jours à venir à ce sujet. Le ministre de l’Enseignement technique, Albert D. Camara a rassuré les populations que le gouvernement prendra toutes les mesures les mesures nécessaires à la sécurisation des biens et des personnes et au retour à la quiétude.

Rappelons que les violences ont éclaté suite à une grève des enseignants qui a paralysé les écoles depuis le 1er février dernier. La journée du lundi, pendant laquelle 5 morts ont été enregistrés, a été particulièrement tendue, tandis que ce mardi, 2..

Un projet est initié par la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sur financement de l’Union Européenne (UE), à hauteur de 12 millions d’euros. Après validation, il sera exécuté par l’ONUDI à l’intention des acteurs impliqués dans l’infrastructure Qualité en Guinée.

Cette séance de travail a pour objectif, d’examiner et de valider ce document de grande importance, afin de le proposer au gouvernement guinéen. Selon les organisateurs, ce document de PNQ, permettra de doter la Guinée d’une stratégie nationale d’encouragement de la qualité se fondant sur l’infrastructure nationale de la qualité et aider ainsi les entreprises du pays à devenir compétitives au niveau régional. Il permettra aussi de consolider le système de métrologie national, surtout en mettant en avant l’importance de la métrologie en tant qu’élément essentiel des activités du pays.

Aux dires du présentant de la CEDEAO : «après la validation, le document contribuera, sans nul doute, au développ..

«Je suis Rosalie Bongono, la mère de Koumba Tonguino, la fillette de six ans que j’ai perdue, il y a un an. » Silence. Elle essuie une chaude larme et poursuit : « C’était après son excision. » Celle qui parle a vécu avec révolte ce drame familial qu’elle raconte avec émotion et une profonde douleur. C’était à Mongo dans la commune rurale de Témessadou, un petit village de la préfecture de Guéckédou. La mort tragique de la fillette est survenue en décembre 2015, dès après les grandes moissons de riz, quand une matriarche respectée a voulu la voir figurer parmi les filles du village à exciser cette année-là.

Malgré les arguments des parents de la fillette, évoquant tantôt le manque de moyens pour faire face aux charges liées à la cérémonie, tantôt le manque de temps. Malgré ce refus à peine voilé, la ‘’vieille’’ et ses congénères décident d’assumer toutes les dépenses de ce qu’elles appellent une ‘’coutume ancestrale’’. Selon elles, explique Rosalie, la ‘’purification’’ de leur petite ..

Alors que les avocats du barreau de Brazzaville et Pointe –Noire observent, depuis ce jour 22 février 2017, en guise de solidarité, trois jours d’inactivité pour protester contre la mise aux arrêts de maître ESSOU, le gouvernement congolais, par la voix de son porte-parole, Thierry MOUNGALLA, répondant aux questions des journalistes, invite les avocats à plus de responsabilité.

Le gouvernement de la République du Congo, par l’entremise du ministre de la communication et des médias, s’est expliqué sur les raisons de l’audition de maître Essou. Un acte qui rentre dans le cadre de l’audition des témoins ayant visité le colonel Marcel NTSOUROU, quelques heures avant sa mort.

Les médias occidentaux font parler les morts, c’est le constat du porte-parole du gouvernement, Thierry Moungalla, au cours de son échange avec la presse sur les derniers développements de l’actualité nationale et internationale.

Marcel Ntsourou, détenu à la maison d’arrêt centrale de Brazzaville, où il purgeait un..

Le ministre a déclaré: «Nous avons observé dans les différents établissements que nous avons visités. Je crois que cela est extrêmement important. Les élèves et enseignants sont venus et les cours ont déjà commencé par endroits. Nous espérons que dans les jours à venir, les choses iront très bien »…

Le ministre de l’Enseignement Pré-universitaire et de l’Alphabétisation, Dr Ibrahima Kourouma a également rassuré que des dispositions sont prises pour rattraper le retard accusé durant les congés forcés. ‘’Nous avons travaillé avec l’inspection générale. Il y a des dispositions qui sont prises. Il y a un aménagement du calendrier scolaire. Nous allons faire en sorte que les cours se tiennent correctement comme cela se doit cette année, il faut le concours de tous ’’, a-t-il affirmé.

C’est pourquoi il lance un appel aux acteurs, c’est-à-dire élèves et parents d’élèves. Chacun devra faire des efforts pour que la situation n’aboutisse à une rallonger de l’année scolaire, a expliqué Dr Ibr..

La cérémonie d’ouverture de cet atelier de deux jours a connu la présence du président du CNP-Guinée avec Ansoumane Kaba Guiter, de la coordinatrice du système des Nations Unies en Guinée, Séraphine Wakana, du président de la FOPAO, Jean Kacou Diagou, du directeur général adjoint Bureau International du Travail (BIT), Aeneas Chuma et de plusieurs structures patronales africaines invitées.

Dans son discours d’ouverture le président du CNP-Guinée a invité ses collègues du patronat à se donner la main, pour faire avancer le secteur privé Guinéen : «Je suis convaincu que ce n’est que le début d’une longue collaboration FOPAO-CNP-Guinée qui permettra à notre patronat d’acquérir progressivement ses lettres de noblesses. Nous avons de nombreux défis à relever ensemble et cette première activité de notre mandat qui revêt aussi un caractère international, avec la présence effective de nos frères du Burkina Faso, du Mali, de la Côte d’Ivoire et du Sénégal auxquels. Nous devons donc désormais av..

La ministre du Plan et de la Coopération internationale, Mama Kanny Diallo a rappelé à l’occasion que la coopération entre la BAD et la Guinée remonte à 1972, et jouit d’une histoire riche et profonde. ‘’Depuis cette époque, la Banque dispose d’un portefeuille de projets, largement dominé par le secteur des infrastructures/énergie, le multi-sectoriel, le secteur social et l’agriculture’’, a-t-elle souligné.

Par exemple, au 1er octobre 2011, le portefeuille actif comprenait 10 opérations, pour un montant total net de 112 millions d’Euros. Cette répartition sectorielle, s’explique par les orientations stratégiques du pays, notamment la priorité donnée par les nouvelles autorités au secteur de l’énergie. a révélé le

Momo SOUMAH pour GCI

© 2005-2017 GuineeConakry.Info

Les effets adverses du changement climatique sur les écosystèmes et les systèmes de production, combinés aux mauvaises pratiques culturales menacent les conditions d’existence des populations, suite à la dégradation des écosystèmes en Haute Guinée.

Les manifestations de ces effets se traduisent notamment par la dégradation des terres, la perte de la biodiversité, le tarissement précoce et l'ensablement de nos cours d'eau à travers les mines, la baisse de productivité des systèmes de production, le recul des forêts et la diminution de la faune sauvage.

L’accélération de l'érosion consécutive à la destruction du couvert végétal et à l’intensité des pluies affecte sérieusement les réserves hydriques.

Les pressions exercées par l'homme notamment à travers les cultures sur brûlis, le surpâturage, la carbonisation, la coupe abusive de bois, les fours à briques, le prélèvement de bois de chauffe, l'exploitation des mines et carrières ont considérablement modifié ..