Bradage des Mines : la Société minière de Boké vue par un opposant

La Société minière de Boké est dans le viseur du président du FIDEL de Mohamed Lamine Kaba. Cet allié du RPG devenu un opposant aujourd’hui estime que ce consortium qui est là-bas, UMS et puis la Société minière de Boké qui est en train de travailler pour l’exploitation de nos ressources est un scandale. En cause : pour la société minière de Boké, il n’y a pas de ratification.

Explication : « L’Assemblée n’a pas été saisie pour qu’elle puisse statuer sur l’exploitation minière qu’ils sont en train de faire. Donc personne ne sait l’accord qui lie ces sociétés et l’État. Et selon les informations que nous avons en notre possession, il y a deux ports, le port de Dapilon et le port de Katougouma. Chaque port exporte 70 mille tonnes par jour. Lorsque vous multiplierez les 70 mille tonnes par mois, vous vous retrouverez juste pour le port de Katougouma avec 2 100 mille tonnes. Et quand vous prenez les deux ça vous fait plus de 4 000 000 de tonnes exportés par mois. Et quand vous vous rendez dans leurs bureaux, vous allez voir à la salle d’attente mentionné qu’ils donnent plus de 12 millions de $ par an comme contribution dans le budget national. »

Le leader du FIDEL d’ajouter, au cours d’une interview accordée au Journal Le démocrate : « Quand vous évaluez juste pour le port de Katougouma, les 2 100 mille tonnes, une tonne vendue à l’extérieur, la meilleure qualité de la Guinée, c’est 45 à 50 $. Prenons les 45 $, multipliés par les 2 100 mille tonnes, vous avez 94 millions de $. Alors eux ils ne payent que 12 millions de $ par mois. Ça veut dire juste pour le port de Katougouma par mois, ils donnent 12 millions de $ à l’État, et eux ils emportent 82 millions de $. Donc, ce sont des détournements scandaleux. »

Conséquence : « chaque mois à un seul port, on perd 82 millions de $. Les deux ça vous font plus de 164 millions de $ que l’État guinéen perd par mois, c’est le scandale le plus retentissant, le vampirisme économique le plus gigantesque dans l’histoire de notre pays. En plus aucune route n’est refaite. »

Depuis cette sortie, aucune voix ne s’est élevée pour démentir ou confirmer les données avancées par Mohamed Lamine Kaba. La SMB a préféré la politique de la bouche cousue. Peut-être pour éviter d’élargir la polémique au moment même où elle est en mauvaise posture dans la Kakandé.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire