L’Ivoirien Tiken Jah Fakoly, les Guinéens Mory Kanté et Kandia Kora, le Malien Salif Keita ou encore le duo Amadou et Mariam. Une dizaine d’artistes africains viennent de sortir Africa Stop Ebola, une chanson multipliant les messages de pédagogie et de prévention pour combattre l’épidémie. Ce lundi, le collectif a lancé un partenariat avec Médecins sans frontières et l’intégralité des bénéfices tirés des ventes sera reversée à l’ONG.

« Se laver les mains », « Voir le docteur », « Ne pas toucher les morts ». Africa Stop Ebola répète ces messages en français, en soussou ou encore en bambara. Le Guinéen Kandia Kora a écrit la musique. Pour lui, cette chanson sera plus efficace qu’un discours politique et fera disparaître les idées reçues sur le virus : « Au début, pour moi, c’était de la rigolade, une manière de déstabiliser ou juste faire de la publicité ou faire du business. Mais aujourd’hui, je crois, et c’est pourquoi d’ailleurs j’ai participé au projet, que quand un politicien dit : ” oui, Ebola existe “, on ne lui fait pas confiance. Mais quand c’est les artistes, le message passe. »

Le chanteur Guinéen Mory Kanté voit dans la chanson, le moyen parfait de lutter contre l’épidémie : « La tradition orale, qui est notre première source d’information, c’est ça le plus important. D’autant plus qu’il y a une partie des gens qui ne sont pas alphabétisés. L’art et la culture c’est le chemin le plus court vers une réalité. Il faut qu’on y aille ! Jusqu’à terminer complètement avec Ebola ! Que ce soit un souvenir ».

L’Ivoirien Tiken Jah Fakoly demande lui qu’on arrête de pointer l’Afrique du doigt : « Les gens ont commencé à stigmatiser, à dire : ” Ebola c’est l’Afrique. ” J’ai même appris que des jeunes Noires dans les écoles américaines commençaient à se faire appeler Ebola. C’est une plaisanterie ? Donc je pense que l’heure était grave. » Et d’ajouter : « Il y a eu un retard dans la prise de conscience de tout le monde. Et il faut le dire, même notre chanson, elle aurait dû arriver peut-être trois mois avant. Donc, il ne faut pas seulement accuser les politiques. Je pense qu’à tous les niveaux, il y a eu un petit retard. »

« En Côte d’Ivoire, dès que les populations ont vu que le président de la République n’a pas salué ses ministres, ça a fait réfléchir tout le monde, dit encore Tiken Jah Fakoly. J’ai rencontré des gens en Côte d’Ivoire. Quand j’ai fait ça, ils ont dit : ” Non, on ne se salue pas parce qu’il y a Ebola. ” Donc je pense que c’est ce réveil collectif qu’il y a aujourd’hui, les politiques sont mobilisés. Maintenant, nous, notre rôle en tant qu’artistes qui sommes mieux écoutés qu’eux, les politiques, c’est de faire passer le message dans tous les petits quartiers, dans tous les petits villages, pour qu’on puisse prendre les précautions pour stopper cette maladie. »

A chaque chanson téléchargée, 20 centimes d’euros iront à MSF.

Source: RFI.fr

Leave a Reply