Le 31 juillet dernier, le président Alpha Condé a donné des instructions fermes pour l’application intégrale de l’accord du 12 octobre. Le chef de l’Etat a rappelé qu’il tient à ce que tous les engagements soient respectés et dans les délais convenus, comme il s’y était engagé solennellement lors de sa rencontre avec le chef de file de l’opposition.

Les instructions données par le numéro un guinéen ne sont pas de nature à rassurer le Parti de l’espoir pour le développement national (PEDN). Le porte-parole de cette formation politique rappelle que par le passé, le chef de l’Etat s’était également engagé à respecter les accords.

‘’Pourquoi on est aujourd’hui dans cette situation ?’’, se demande François Bourouno, qui pense que ‘’ce n’est parce qu’il [Alpha Condé] a dit aujourd’hui à son gouvernement ou à la CENI ‘faites un chronogramme électoral’ qui voudrait dire que nous allons lui accorder un chèque en blanc’’.

La position du PEDN est claire et sans ambiguïté, à l’entendre. ‘’On ne peut pas faire confiance à Alpha Condé sur parole. Il a prouvé, par le passé, qu’il n’a pas de considération à sa signature. Il a signé des documents ici et dit qu’il n’a pas signé. Comment voulez-vous porter confiance à cette personne ?’’, s’interroge-t-il encore.

Le PEDN exige que le respect du calendrier électoral. ‘’Dans les autres pays, on n’a pas besoin de manifester ou de faire des déclarations pour que les élections se tiennent. Pourquoi en Guinée il faut crier de gauche à droite pour que le président dise ‘oui, je vous instruis de faire un chronogramme’ ?’’, questionne le porte-parole du parti dirigé par Lansana Kouyaté.

En réalité, croit savoir Bourouno, Alpha Condé ‘’ne veut pas que des maires élus soient de l’opposition parce qu’il a un agenda. Et pour le réussir, il faut qu’il ait le contrôle de toute l’administration et des collectivités’’.

Boussouriou Doumba, pour VisionGuinee.Info

00224 666 90 54 16/boussouriou.bah@visionguinee.info

Laisser un commentaire